Evacuer un traumatisme sexuel

C’est un mécanisme de défense en cas d’événement traumatique.

Pourquoi une victime reste-t-elle paralysée lorsqu’elle subi des violences ? Par exemple lors de faits grave durant les fêtes populaires ont récemment défrayé la chronique : 5 hommes force et une jeune femme de 18 ans avoir des rapports sexuels en marge des fêtes de Pampelune en 2016. 9 ans de prison pour abus sexuel mais pas pour viol, ce qui a provoqué un tollé en Espagne.

La cour a demandé à la victime pourquoi sur les vidéos tournées par ses agresseurs elle ferme les yeux et ne réagit pas ? C’était pas un viol sur la définition du code pénal car il n’y a pas eu de violence ou d’intimidation puisqu’elle n’a pas vraiment dit non. C’est ce que je constate dans les séances de thérapies brèves que je pratique dans mon cabinet d’hypnose et de thérapie brève à Delémont au Jura Suisse.  

 

La victime était en état de sidération psychique,

c’est un phénomène que la psychiatre Muriel Salmona et spécialiste notre cerveau explique par la surproduction de glande hormonales comme l’amygdale qui ordonne la production d’hormones du stress comme l’adrénaline et le cortisol. La respiration en état de sidération s’accélère, les muscles se contractent la victime ne peux pas fuir… De plus alors que l’agresseur immobilise la victime, l’amygdale peut surchauffer et le cerveau se retrouve dépassé par cet excès d’hormones.

La victime entre alors dans un état de sidération comme paralysé !

C’est le cas par exemple pour anna que son patron a violé lorsqu’elle avait 20 ans qui raconte que plus un mot ne sortaient plus de ma bouche, je n’était pas active comme une poupée de chiffon lorsqu’il m’a maintenu les poignets. Le risque de provoquer un arrêt cardiaque est important, de plus le cerveau, par la chaleur des molécules comme la kétamine et la morphine va « court-circuiter » le système.

Il entre dans une seconde phase l’état de dissociation.

Lorsqu’une émotion est trop forte la victime se coupe de ses ressentis et deviens comme spectatrice.

La notion du temps de l’état de la réalité disparait et cet état peu durer durant des années.

L’état de sidération est un vrai phénomène biologique observable sur une IRM, par exemple l’expérience menée chez les vétérans du Vietnam lorsqu’ ils visionnent des images de guerre.

Aujourd’hui, près de 1000 magistrats ont été sensibilisé à cette notion de sidération dans le cadre d’un séminaire sur les violences sexuelles. On peut dire que les lignes commencent à bouger…

Les thérapies brèves et l’hypnose peuvent grandement aider à sortir de cette phase difficile.

Pour aller plus loin sur ce thème, je vous conseille l’excellent livre de Muriel Salmona; le livre noir des violence sexuelles, qui vous donnera d’avantage d’explications et de connaissances sur le sujet délicat et souffrant des violences sexuelles qu’elles soient d’ordre familiales ou extérieures. C’est ce que je constate dans les séances de thérapies brèves que je pratique dans mon cabinet d’hypnose et de thérapie brève à Delémont au Jura Suisse. 

Articles récents

L’Hypnose Ericksonienne

Qu’est ce que l’hypnose?   Vous avez déjà certainement entendu parler de l’hypnose ou de l’auto-hypnose. Cette technique utilisée

L'actu sur Facebook

Partager cette article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Liens utiles

logo_atma_honr

Découvrez une séance d'hypnose en 360° offerte