L’histoire de l’hypnose


 

L’histoire moderne de l’hypnose

 

 

 

L’hypnose et la médecine ont connu un premier mariage au 19e siècle, on peut même dire que l’hypnose faisait partie en quelque sorte de la boîte à outils du médecin de cette époque.

C’est à ce moment-là que les pratiques et les expérimentations sont très prolifiques et que l’on s’est rendu compte que l’état modifié de conscience permettait de baisser le ressenti de douleur, ce qui plus tard, deviendra l’anesthésie

Albert Charcot directeur de la salpêtrière le plus grand hôpital psychiatrique de l’époque, cherche à démontrer de son côté que l’hypnose était le signe un désordre psychique.

A l’époque, les chirurgiens opéraient en public se donnant en spectacle devant tout le monde et commentaient ce qui se passait.

 

Malgré les démonstrations publiques convaincantes, la cause de l’hypnose était peu ou pas défendue, car elle faisait peur au tournant du 20 siècle. Ainsi la pratique à rapidement disparu des consultations médicales ne laissant derrière elle qu’une trainée de mystère…

 

L’éclipse dura près de 60 ans, le temps pour la médecine d’admettre que dans le domaine des soins certaines guérisons lors de test pour de nouveaux médicaments par exemple, des guérisons arrivaient sans que le médicament ne soit actif, ce que l’on appelle l’effet placebo.

Ces nouveaux protocoles relance l’intérêt de la médecine pour l’hypnose et les solutions alternatives.

 

En même temps un psychatre amériacain, relance cette pratique au travers d’une nouvelle forme d’hypnose, plus participative et active pour la patient: C’est Milton Erickson. le fondateur de l’hypnose moderne.

Il révolutionne l’hypnose avec une approche plus douce en utilisant les ressources infinies du subconscient pour aider ce derner à trouver les solutions les plus efficaces pour le patient, c’est encore aujourd’hui ce type d’hypnose qui est employée notamment au cabinet ATMA.

Parraléllement à ce nouvel élan, l’hypnose est de retour dans les cercles médicaux pour finalement revenir à la Salpêtrière depuis 2001 et l’hôpital accueille le premier enseignement universitaire destiné au médecin depuis cette époque.

Lors d’un séance dès qu’on focalise l’attention, dans la fixation ou la focalisation et ou dans la confusion car rester à regarder un point fixement  me permet plus de contrôler par le mental l’environnement.

Car pour contrôler je dois balayer le regard, rester sur un point fixe crée une sorte de désordre mental au niveau du cerveau. On ressent ensuite une sorte de contraste entre une activité mentale c’est à dire intellectuelle et puis un relâchement du corps

 

 

 

Mais qu’est ce que l’état d’hypnose ?

 

 

 

L’hypnose est bel un état modifié de conscience, bien sûr on parle de l’hypnose thérapeutique, bien loin de l’hypnose spectacle de Messmer ou de la fameuse Madame Irma…

L’efficacité médicale de la transe naturelle créée par l’hypnose, éprouvée dans les hôpitaux et les cabinets de spécialistes, soulage de très diverses problématiques : phobies, douleurs, stress, addictions…

Le parfait exemple, c’est la conduite. Combien de fois vous est-il arrivé en rendre compte que vous perdiez la pleine conscience de votre environnement  au volant, pourtant vous n’avait pas commis d’erreur ?

Votre attention est ailleurs. Dans le langage courant « vous étiez dans la lune »,  en réalité vous avez vécu ce qu’on appelle l’hypnose et l’état de conscience modifiée.

 

En clair en cessant de nous concentrer sur tout ce qui nous entoure à la fois et en nous focalisant sur un point et ou une sensation précise dans le corps, on oublie progressivement les perceptions extérieures et on se concentre d’avantage sur les perceptions intérieures.

 

La réalité extérieure ne disparaît pas complètement mais une partie de nous même, se concentre sur notre monde intérieur.

Les sensations comme la vitesse, l’équilibre ou le toucher restent actives, mais les perceptions sont différentes.

 

 

Première étape la focalisation de la conscience.

 

 

C’est comparable à un rêve. C’est l’état de conscience qui est d’abord focaliser sur un point : une focalisation de l’attention ou rétrécissement du champ de conscience, c’est dire que l’on fait moins attention ce qu’il y a autour de soi.

Faisons un test d’hypnose ensemble.

En trouvant un point avec les yeux, vous allez pouvoir fixer votre attention facilement,  c’est l’exercice le plus simple pour entrer en état d’hypnose.

Et maintenant je vous propose de ne plus quitter ce point durant quelques minutes de votre regard c’est à dire de ne pas faire de balayage car on est tenté parfois de porter le regard à droite et à gauche

La perception devient confuse on pourrait dire qu’on regarde sans regarder une des situations les plus souvent cités.

On entre alors en état de conscience modifié ou ECM.

 

 

Puis dans un deuxième temps et la conscience au contraire s’élargie. 

 

 

Cela va provoquer une sorte « désordre mental léger et naturel» puis un nouvel ordre peut se réorganiser et aider le sujet à se réorganiser lui-même afin que le problème disparaisse au final grâce au travail de l’inconscient.

L’inconscient, c’est en quelque sorte l’arrière-boutique boutique de l’esprit, il a cette capacité à réorganiser le circuit de pensée.

C’est cela la puissance thérapeutique de l’hypnose. Elle est capable de remettre en ordre différent les sensations pour pouvoir changer les comportements ou les perceptions.

 

Pour aller plus loin, je vous conseille le reportage de l’émition « spécimen » de la Radio Télévision Suisse Romande, sur la thématique de l’hypnose.

 

https://www.rts.ch/play/tv/specimen/video/un-etat-de-conscience-modifie-lhypnose?id=8667519&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

 

< Retourner à la liste des articles