Le journal de la coop consacre un dossier complet sur l’hypnose.


 

 

Dans le numéro de Mai 2018 du journal de la coop, l’hypnose fait la une !

 

Cette article dresse un état des lieux des pratiques de l’hypnose et de l’hypnothérapie en général, au travers de ces applications que cela soit en cabinet  ou bien à l’hôpital.

 

 

 

Différents médecins et chercheurs sont interrogés et commentent l’installation progressive de l’hypnose dans le milieu hospitalier et comme thérapie notamment pour la gestion de la douleur chronique, les angoisses et le stress.

 

 

Le docteur Eric Bovin, insiste par exemple sur le fait que le travail thérapeutique se fait d’abord et avant tout par le patient lui-même au travers de son « imaginaire ».  Cette approche de l’hypnose que je partage totalement et qui est pour moi est le cœur du métier de hypnothérapie et de la thérapie par la relation d’aide:

 

 

C’est le patient qui détient en lui-même d’une manière inconsciente, toutes les clefs du changement  pour guérir, il faut simplement l’accompagner dans cette recherche.

 

 

Cet article présente aussi ce que ressent le patient au travers d’une séance d’hypnose.

 

En effet c’est souvent une sorte de mythe et parfois une peur de perdre le contrôle durant la séance : Mais le patient garde le contrôle absolu et se projette uniquement dans ce qu’il souhaite pour pouvoir trouver les solutions de manière inconsciente.

 

L’article explique aussi les ressenti très détendu et très léger dans l’état d’hypnose.

 

Souvent dans l’état modifié de conscience ou ECM, qui est l’état d’hypnose, on a l’impression que le temps à passé très vite.

 

 

Cela est dû au changement de perception du mental, l’imaginaire lui est dans une perception du temps bien  plus élastique ! Qui n’a jamais rêvé éveillé durant des heures à imaginer des scènes, des images sans voir passer le temps.

 

 

L’anesthésiste des hôpitaux de Genève, Adriana Wolff, explique quand à elle que d’ici 2 ans 10% du personnel hospitalier sera formé à cette technique pour une meilleure prise en charge du patient.

Car selon l’ensemble du corps médical des hôpitaux de Genève :

 

 

 

« L’hypnose améliore la qualité relationnelle avec le patient »

 

 

 

Un des avantages présenté dans l’article est aussi la diminution de la prise de médicament pour le confort du patient comme les antidouleurs  par exemple. Les chirurgiens ont constaté également des saignements plus réduits durant les opérations avec des patients étant sous état d’hypnose.

 

Pour retrouver la totalité de cet article, il vous suffit de suivre le lien.

< Retourner à la liste des articles