Interview avec Jacques Martel: bonhommes allumettes, intégration par le cœur, grand dictionnaire des malaises et maladies


 

 

 

Le conférencier, auteur du grand dictionnaire des malaises et maladies Jacques Martel, m’a fait l’immense honneur de m’accorder une interview lors de son passage en Suisse à Delémont pour réaliser une conférence et un atelier sur la technique des bonhommes allumettes .

 

 

Durant cette entretien réalisé au cabinet ATMA Hypnose et Thérapies Brèves à Delémont Jacques Martel présente ses différentes techniques de thérapeutiques que l’on retrouve dans ses ouvrages.

 

 

Nous abordons ainsi dans cette entretien la technique des bonhommes allumettes, la technique d’intégration par le cœur, la technique de la boule de lumière et la technique monosyllabique.

 

 

  • La technique des bonhommes allumettes permet de couper les liens attachement conscients et inconscients en matérialisant grâce au dessin, car inconscient retient 90 % de ce que j’écris. Je me dessine, je dessine l’autre personne, ou événement avec lequel je veux me détacher puis je trace les liens conscients et inconscients et je les coupe.

 

  • La technique d’intégration par le cœur ou TIC, travaille au niveau de l’acceptation. En effet « je me peux rien changer que je n’ai pas accepter » nous dit jacques Martel.  Et c’est en travaillant au niveau du cœur que l’acceptation se fait, en revivant les émotions négatives et les passant par le cœur.

 

  • La technique des monosyllabique, que l’on retrouve dans le grand dictionnaire des malaises et maladies, permet d’intégrer plus facilement les émotions liée aux malaises et à la maladie. C’est en mettant 1 seconde entre chaque syllabe en lisant à haute voix que je peux ainsi faire vibrer d’avantage mon cœur et ainsi pouvoir intégrer l’énergie d’amour et de guérison.

 

  • La technique de la boule de lumière permet de se donner à soi de l’amour de manière sécuritaire en faisant passer la lumière blanche sur les différents centres d’énergie.

 

 

Merci à Jacques Martel pour toutes ses années de bonheur de libération qu’il m’a fait vivre.

 

 

< Retourner à la liste des articles