Casino et jeux de hasard, la Suisse championne du monde. Mais comment s’en sortir ?


80’000 personnes souffrent en Suisse d’une addiction pathologique aux jeux d’argent. Des fausses croyances liées aux chiffres peuvent en être la cause selon la nouvelle étude scientifique publiée dans  la revue scientifique Hémisphère.

 

Ils sont partout, à Bâle, Bienne ou même Courendlin les Casinos. La Suisse est le pays d’Europe avec la plus grande densité d’implantation de Casino.

 

De nombreuses personnes souffrent de comportement excessif vis-à-vis des jeux d’argent (chiffre impossible à connaitre précisément mais certainement plusieurs centaines de milliers de personnes sont concernées).  80 000 d’entre eux souffrent d’une addiction.

 

Des souffrances physiques et morales qui peuvent accompagner la dépendance.

 

 

Maux d’estomac, douleurs chroniques, maux de tête, agitation, insomnie, font parties des symptômes physiques possibles lorsque l’on tombe dans la spirale addictive, à cela il faut ajouter le surendettement, rupture familiale, et l’isolement social.

Salon l’Université de Neuchâtel et du Centre du jeu excessif, le coût social lié à cette dépendance est estimé à plus de 600 millions de francs par an.

Mais comment fonctionne un cycle addictif pour les jeux d’argent ?

 

 

Il y a plusieurs phases dans lesquelles le joueur plonge et entre comme dans une spirale négative.

 

1/ La phase récréative, la plus agréable dans laquelle la plus part des joueurs savent y entrer et en sortir à loisir.  Elle est entretenue par le suspens

2/ Ce suspens entraîne une phase d’euphorie entretenue par la possibilité de gagner le montant d’argent maximum (surtout ce qu’il représente)

3/ La déception de ne pas être arrivé à atteindre le montant

4/ Installation des émotions négatives, culpabilité, stress

5/ Pour annuler les émotions négatives, reprise de la phase 1 par l’euphorie et le suspens

 

De nombreux joueurs restent uniquement dans la phase 1 qui est celle de l’euphorie et du jeu récréatif  mais certains basculent dans une emprise émotionnelle importante qui se traduit par les autres phases, entretenue par les émotions négatives compensées par l’euphorie du jeux suivants etc… Le joueur joue alors avec ses émotions grâce à son argent et entre dans le cycle infernal.

 

Cette spirale infernale peut être interrompue grâce à la régulation des « montagnes russes émotionnelles ».

L’hypnose et les thérapies brèves sont un excellent moyen de stopper le circuit addictif  et en « reprogrammant » par un autre comportement plus respectueux de la personne et ainsi casser le programme émotionnel et neurologique négatif que la personne a mis en place au fil du temps de manière insidieuse.

< Retourner à la liste des articles